Après Liens Nomades qui racontait les péripéties de deux ados partis à la recherche du père de l’un, Renaud Blondel revient avec un roman qui parle pêle-mêle de voyages, politique, diplomatie internationale, services secrets saoudiens, chiites, sunnites, terrorisme, djihad, cellule antiterroriste… Avec comme fil conducteur, un père prêt à tout pour sauver sa fille !

Matthias est attaché parlementaire, veuf et père d’une petite Salomé de 5 ans. Une petite fille très malade dont la vie dépend d’une greffe. Jusqu’ici, aucun donneur n’est compatible et le temps presse. Hasard, mais est-ce vraiment le hasard ? Matthias rencontre un Iranien, Medhi, très gentil. Trop gentil ? Il s’intéresse de très près à Salomé et fait miroiter la possibilité d’une greffe en Iran. En un temps record, Matthias et sa fille se retrouvent dans un avion. Direction Téhéran. Bientôt dans une maison inhospitalière avec des hommes aux visages patibulaires… sans passeport ni téléphone. Et Matthias face à un marché dont les alternatives ne sont guère enthousiasmantes. Voilà pour l’histoire, enfin, seulement le début.

Après, on peut dire que l’auteur ne recule devant aucun procédé…cinématographique. Aussi caricatural que farfelu. Des filatures incroyables dans le métro, des évasions rocambolesques en passant par les toits, des courses-poursuites dans Paris… à pied, sans oublier Matthias en apprenti djihadiste voulant échapper à un flic de l’antiterrorisme improbable…Une histoire quelque peu invraisemblable ! Mais après tout pourquoi pas ?

Dans ce deuxième livre, Renaud Blondel se lance dans un récit totalement fictionnel. Exercice périlleux, par excellence. Seule concession à une réalité tangible, ce sont les voyages… L’auteur est un grand voyageur.

Tout ira bien, Salomé… De Renaud Blondel.

Aux éditions Calepin.

Share: