Léon Stanzidis a une soixantaine d’années. Il revient en Suède, un pays qu’il a fui à l’adolescence pour rejoindre son père au Canada. Atteint d’un cancer, il sait qu’il a très peu de temps pour mener à bien les recherches sur ses origines et bien refermer les portes derrière lui. Pendant la deuxième guerre mondiale, son père était un diplomate grec qui s’est enfui au Canada, abandonnant enfant et… femmes.

Share: