Après le prometteur « 39, rue de Berne », Max Lobe signe avec La Trinité bantoue un deuxième livre au réalisme redoutable où la drôlerie ne cède en rien au tragique. Le ton surprend. Il est aussi léger que les sujets sont graves. Haut en couleurs et tout en énergie. De l’énergie, Mwana n’en manque pas. Et il lui en faut pour accueillir les galères successives ! Jeune émigré du Bantouland, il vient de perdre son travail. Il vendait de la contrefaçon au noir. Un bon plan pour se loger, se payer des Louboutins, entretenir son compagnon Blanc et Helvète, mais très mauvais plan pour toucher des allocations de chômage.

Share: