mala avec fondDans Mala Vida, Marc Fernandez revient sur une page sombre de l’histoire de l’Espagne : le scandale des bébés volés de la dictature franquiste. Un trafic organisé avec la complicité de l’église, débuté dès 39 et qui a perduré jusque dans les années 90. Lorsqu’une avocate crée l’Association nationale des enfants volés et que quelques meurtres sont perpétués dans la bonne société espagnole et bien… C’est panique à tous les étages de l’état ! Un récit qui mêle savamment faits historiques et fiction.

Nous sommes dans l’Espagne d’il y a quelques années, sur fond de crise économique récurrente où la droite dure vient de revenir aux affaires, après douze ans de pouvoir socialiste. Conséquence directe, dans la police à la justice et bien sûr dans les principaux médias, on refait les castings. Désespérément lucide et travailleur quasi obsessionnel, Diego est un des rares journalistes rescapés. Pourtant son émission en plein cœur de la nuit, au ton subversif et aux enquêtes fouillées fait grincer des dents à bien des caciques du pouvoir qui ne rêvent que de son éviction.

Mais trop tard ! Le meurtre d’une étoile montante de la droite, suivi bientôt de celui d’un juge intriguent Diego. Aidé d’une détective, ancienne prostituée, ayant conservé quelques contacts précieux avec des policiers, d’une avocate bien plus impliquée qu’il n’y paraît, d’un juge qui fait sérieusement penser au juge Balthasar Garzon, le journaliste n’imagine pas encore que ces meurtres vont les amener à découvrir un scandale sans précédent. Un demi-siècle de trafic de bébé volés, organisé par le pouvoir franquiste aux bénéfices des leurs et avec non seulement la bénédiction de l’église mais aussi avec la collaboration active des institutions religieuses.

Marc Fernandez ne se contente pas de nous rappeler ce que ce fut ce trafic, il nous plonge dans une Espagne d’aujourd’hui qui cherche ses enfants et qui se heurte à un pouvoir qui tente coûte que coûte de se protéger. Comme si les fantômes de la dictature franquiste bougeaient encore. Éclairant.

Mala Vida de Marc Fernandez .

Aux éditions Préludes. 13,60 €

Marc Fernandez est journaliste. Il a longtemps suivi l’actualité de l’Espagne et de l’Amérique latine pour le Courrier international. Cofondateur et rédacteur en chef de la revue Alibi, consacré au polar, il signe avec Mala Vida son premier roman.

Share: