mensongeComme une plongée dans le clair-obscur de la vie ! Bernard Schlink publie Mensonges d’été, un beau recueil de nouvelles sur la vérité et les mensonges de l’amour. Dans Amours en fuite  il en était déjà question. Là il récidive, avec une liste longue de sept nouvelles. Mensonge par omission, par lâcheté ou par peur. Mensonge d’un jour qui dure une vie, mensonge qu’on oublie et qui revient en boomerang ou petits arrangements avec la vérité… Rien n’échappe à son œil de lynx !

Que ce soit un écrivain raté, jaloux du succès de sa femme et qui décide de l’isoler du monde, un fils qui emmène son père en voyage afin de percer le secret de son passé, un metteur en scène qui s’invente une infidélité, ou encore une grand-mère qui veut revoir son grand amour de jeunesse… Ce sont toujours des regrets, parfois éternels, des non-dits, des infidélités… Mais ce sont aussi des secrets très mal gardés !

Des histoires terriblement banales, d’autres diablement cocasses, certaines cruellement tragiques, les personnages de ces nouvelles se démènent dans des situations parfois inextricables, des souffrances souvent silencieuses et des tristesses sans fin. Bernhard Schlink observe. Et raconte. Tout en subtilité. Presque avec fascination. En se gardant bien de juger. Le propos n’est pas là. (Il y a une autre vie pour ça). On se laisse prendre à la magie des mots même si on regrette parfois qu’il ne s’attarde pas plus sur les fils qu’il sait si bien tirer.

Un livre entre légèreté et gravité, un livre empreint d’humanité !

Bernhard Schlink, né en 1944, est juriste. Il est l’auteur de nombreux romans policiers et du best-seller mondial, Le liseur.

Mensonges d’été  de Bernhard Schlink.

Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary.

Gallimard.

Photo @Mohamad Itani / Trevillion Images.

 

Share: